prise-en-charge_et_SII

🍏 Les prises en charges alternatives du SII

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est une maladie qui touche environ 5% de la population. A l’heure actuelle, il n’existe pas de recommandation des autorités de santé sur la prise en charge médicale du SII, ce qui rend difficile la prise en charge des patients qui souffrent de cette maladie.

Pour soulager leurs symptômes (ballonnements, diarrhée, constipation, douleurs abdominales) de plus en plus de malades se tournent vers les médecines alternatives. Selon une enquête menée par l’APSSII, 33% des personnes touchées par le SII suivent, en plus de leur traitement médicamenteux, une traitement homéopathique ; 27% choisissent l’ostéopathie ; 15% optent pour l’hypnose ; 30% se tournent vers la relaxation et 27% testent l’acupuncture.

Faisons un tour d’horizons des prises en charge alternatives possibles dans le cadre d’un SII.

Hypnose

L’hypnose est une thérapie comportementale qui induit une modification des comportements ou des ressentis des patients par un état de conscience modifié. Cette méthode prise en charge alternative est la grande gagnante de toutes les autres prises en charge alternatives : elle apporterait une grande amélioration des symptômes dans 50 à 80% des cas.

L’hypnose entraînerait une amélioration de la qualité de vie et une diminution du recours aux soins. De plus, selon plusieurs études, elle permet d’améliorer les symptômes extradigestifs et de corriger l’hypersensibilité viscérale à la distension.

L’hypnose est maintenant reconnue comme une option thérapeutique valide au cours du SII, notamment chez les sujets jeunes.

 Malheureusement, l’hypnose médicale n’est pas systématiquement proposées et cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il s’agit d’une spécialité plutôt récente et le nombre de praticiens exerçant est limité, ce qui fait que les tarifs peuvent être élevés. De plus, les consultations ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale.

 

Thérapie comportementale

Cette prise en charge alternative arrive deuxième sur le podium au niveau de l’efficacité. La thérapie comportementale est une approche centrée sur les pensées et les croyances parfois erronées et négatives que cultive l’individu sur lui-même. Cette thérapie va s’attacher à remplacer ces croyances limitantes ou négatives associées au SII par l’apprentissage de nouveaux comportements. Cette approche a été testée sur de nombreux patients souffrant de SII et elle a montré une amélioration du score symptomatique de 60%. De plus, l’amélioration constatée est durable dans le temps, ce n’est pas limité à l’instant présent.

 

Ostéopathie

Cette méthode de soins traite les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l’ensemble des structures du corps humain.Toute perte de mobilité des articulations, des muscles, des ligaments ou des viscères peut provoquer un déséquilibre de l’état de santé. L’ostéopathie va alors rendre au corps sa capacité à s’auto-équilibrer.

Deux études ont été menées sur cette prise en charge alternatives et elles sont toutes les deux démontrées que l’ostéopathie permettait une amélioration significative de la qualité de vie mais aussi une diminution de certains symptômes comme la diarrhée, les douleurs, les distensions et la sensibilité rectale.

 

Acupuncture et réflexologie

La réflexologie est une discipline qui considère que chaque partie du corps humain est représentée à un endroit déterminé. Chaque zone correspond à un organe, une glande ou une partie du corps. Cette pratique alternatives procure une relaxation profonde et revitalisante, un équilibre harmonieux. A priori, cela n’aborde pas d’effet significatif sur le SII à part une réduction du stress. Or le stress peut exacerber les symptômes. L’effet est donc minime mais cela varie en fonction des personnes.

L’acupuncture quant à elle ne fait pas mieux que la relaxation : elle n’a à priori aucune conséquence sur le SII.

 

Le syndrome de l’intestin irritable est une maladie complexe et il est encore difficile aujourd’hui de tracer les contours de cette maladie. Les symptômes peuvent varier d’une personne à une autre, l’efficacité de la prise en charge varier d’un individu à un autre. Face à l’inefficacité des traitements médicamenteux, de nombreux patients s’orientent vers les médecines alternatives. Différentes possibilités s’offrent à vous et il ne faut pas avoir peur de les expérimenter pour voir leurs effets sur votre corps et vos symptômes.

 

Auteure : Mathilde de DIETIS

 

 


 

 


Imprimer  

Vous pourriez être intéressé.e par: