polyols_et_SII

🍏 FODMAP's acte 4 : Les Polyols

L’été touche à sa fin et notre tour du monde des FODMAPs également.
Derniers composés de cet acronyme, les polyols nous dévoilent leurs secrets.
Après ces révisions, vous serez parés pour affronter cette nouvelle rentrée !

 

Qui sont-ils ?

Les polyols, aussi appelés sucres-alcools, sont des glucides qui ont subi une transformation chimique leur conférant une fonction alcool (il s’agit là d’un terme de chimie, rassurez-vous il n’est pas question ici de boissons alcoolisées).

En hommage à cette fonction alcool, les polyols ont souvent des noms qui se terminent par -ol : sorbitol, xylitol, mannitol, maltitol, erythritol, …

 

Quand on a une colopathie fonctionnelle, pourquoi nous font-ils du mal ?

La présence de cette fonction alcool modifie en certains points le comportement de ces glucides dans notre organisme : à la différence des autres glucides, les polyols ne favorisent pas la formation de carie, ils n’entraînent pas la libération d’insuline (l’hormone responsable de la régulation de la quantité de glucose dans le sang) et ils sont moins caloriques.

Mais côté digestion, il n’y a pas beaucoup mieux à attendre que les oligosaccharides, disaccharides et monosaccharides.

Les polyols sont peu voire pas du tout dégradés par les enzymes de la digestion.

Ils parviennent donc quasi-intacts dans le côlon où ils favorisent l’apparition de diarrhées et sont dégradés par les bactéries intestinales.

S’ensuivent les traditionnels troubles digestifs : ballonnements, flatulences, douleurs abdominales.

 

Où les traquer ? 

Les polyols sont naturellement présents dans les produits végétaux, en particulier dans les fruits secs (abricots, pruneaux), les pommes et les poires, les prunes, les pêches, les cerises, les champignons, le céleri (céleri-rave et céleri branche), …

On en retrouve également dans les produits dits « light » ou « sans sucres » car les polyols y sont utilisés comme édulcorants : ils apportent une saveur sucrée aux aliments tout en étant moins caloriques.

On peut les identifier dans la liste des ingrédients grâce à leur numéro d’identification E : E420 pour le sorbitol, E421 pour le mannitol, E953 pour l’isomalt, E955 pour le sucralose, E965 pour le maltitol, E966 pour le lactitol, E967 pour le xylitol et E968 erythritol.

Ces polyols peuvent être incorporés dans des boissons mais aussi dans des confiseries tels les chewing-gums ou le chocolat « sans sucres ».

 

Comment les éviter quand on a un SII ? 

Le plus simple, comme première étape et si vous avez l’habitude d’en consommer, est sûrement d’éviter les édulcorants (ou vérifier leur composition pour s’assurer qu’ils ne contiennent pas de polyols), les produits édulcorés et les produits à base de stévia.

En effet les extraits de stevia sont généralement couplés avec des polyols. En les consommant, vous avez tout bon en terme de calories mais pas de polyols !

Au niveau des fruits et légumes, il est recommandé de limiter fortement voire d’éviter les aliments les plus riches en polyols et les produits alimentaires qui en sont dérivés (pensez aux compotes, purées de fruits, confitures, …).

Enfin les polyols entrent parfois dans la composition de médicaments, notamment les sirops « sans sucres ». N’hésitez pas à en parler à votre médecin ou pharmacien pour trouver un produit alternatif.

Il serait dommage que vous guérissiez en étant tordu de douleurs à cause de ces composés.

 

Auteure : Béatrice Février - Diététicienne Nutritionniste

 

 

Sources :

Housez-Février B. Comment suivre une alimentation pauvre en FODMAPs sans galérer. Le Quotidien du Patient. Editions La Maison. 2018. 223 pages


 

 


Imprimer  

Vous pourriez être intéressé.e par: