gouter_et_SII

🍏 Quel déjeuner de travail avec mon SII ?

 

Ça y est, la rentrée 2020 est officiellement lancée ! 

Je vous partage mes astuces pour concilier déjeuners à l’extérieur et Syndrome de l’Intestin Irritab

 

Comment gérer les déjeuner de travail avec un SII ?

Il me semble utopique de répondre ici de manière exhaustive à cette question car trop de paramètres font varier vos besoins : selon votre domaine d’activité, la structure dans laquelle vous exercez mais aussi selon votre sensibilité intestinale et vos contraintes alimentaires, vos besoins seront différents d’une personne à une autre.
Vous trouverez néanmoins dans cet article des astuces qui pourront vous être utiles.
A vous de les adapter à votre situation !

Apporter son repas : le must de la personnalisation

Je vous l’accorde, apporter son repas fait maison n’est pas forcément le plus convivial quand on déjeune avec des collègues mais cela reste cependant l’idéal car une valeur sûre.
Avec ce repas préparé à l’avance par vous-même (ou par un proche qui connaît suffisamment bien vos problèmes digestifs), vous avez tout bon : vous connaissez les aliments qui le composent et vous pouvez profiter de votre pause déjeuner sereinement, sans craindre les troubles digestifs post-prandiaux.
Cette solution est d’autant plus simple à mettre en place quand aucune solution de restauration n’est proposée sur place.
Attention toutefois aux craquages : envie de changer, pas eu le temps de cuisiner, …
Dans la mesure du possible privilégiez vos plats faits maison aux plats à emporter achetés au snack ou à la boulangerie d’à côté et dont vous ne maîtrisez pas la composition.
La bonne astuce : gardez toujours quelques plats d’avance au congélateur, très pratiques si vous n’avez pas eu le temps de cuisiner ou si le plat préparé hier soir ne vous tente finalement pas aujourd’hui…

Le restaurant d’entreprise : l’affaire se corse

Le restaurant d’entreprise est une solution appréciable pour tous ceux qui n’ont pas le temps de cuisiner ou qui ne le souhaitent pas.
Mais lorsqu’on souhaite respecter un régime alimentaire particulier, cette solution n’est pas toujours pratique.
Au moment de choisir votre repas, favorisez les composants (entrée, plat, dessert) les plus compatibles avec vos contraintes alimentaires.
N’hésitez pas à poser des questions aux cuisiniers (« Est-ce que votre plat contient… ? ») ou à préciser vos attentes (« Un plat sans sauce pour moi, s’il-vous-plaît »), et expliquez succinctement vos contraintes alimentaires.
Le personnel de restauration sera plus à même à répondre à vos demandes.
Si l’offre proposée ne vous semble vraiment pas compatible avec vos contraintes (et vice-versa), limiter votre repas à un plat unique.
Complétez vous-même ce plat en apportant votre entrée et votre dessert (si cela est possible) ou prévoyez une collation pour l’après-midi.
Celle-ci remplacera votre dessert et sera l’occasion d’une pause au cours de l’après-midi !
Enfin, renseignez-vous : malgré la présence d’un service de restauration, il est peut-être possible d’apporter son propre repas et de s’installer pour déjeuner avec ses collègues.
Il serait dommage de vous priver de ce moment de convivialité.

Le repas à l’extérieur : un vrai challenge pour une colopathie fonctionnelle

Si votre activité vous amène à déjeuner de temps à autre au restaurant, pas de panique !
Concentrez-vous sur le déjeuner (son contexte, les convives, le cadre) sans vous focaliser sur votre repas.
Et pour celui-ci, faites au plus simple en privilégiant les plats à base de féculents (purée, frites, pâtes, riz, …) avec viande ou poisson, quitte à faire l’impasse sur les légumes.
Rappelez-vous que l’équilibre alimentaire ne se fait pas sur un repas mais sur plusieurs jours.
Vous aurez tout le temps de vous « rattraper » aux prochains repas.

Bons déjeuners !

 

Auteure : Béatrice Février - Diététicienne Nutritionniste

 


 

 


Imprimer  

Vous pourriez être intéressé.e par: