Maltitol alternative aux sucres classiques

Le Maltitol l'alternative miracle pour oublier les mauvais sucres.

Vous souhaitez trouver une alternative aux sucres qui vous font du mal ? Depuis quelques temps le Maltitol est disponible au grand public. Auparavant utilisé uniquement par les professionnels, il permet d'apporter les mêmes pouvoirs sucrants qu'un sucre classique à la seule différence que son indice glycémique est nettement inférieur à un sucre classique. On oublie la frustration gourmande, faites vous plaisir !

[LECTURE] - Comment suivre une alimentation pauvre en Fodmaps sans galérer?

Béatrice, notre spécialiste des FODMAPS au sein de Dietis, a rédigé un livre entièrement dédié à la problématique des Fodmaps dans notre alimentation. Nous avons eu tant de témoignages au cours de nos études cliniques sur les difficultés d’appliquer les recommandations nutritionnelles du régime pauvre en Fodmaps que nous avons décidé de tout vous centraliser.

Dietis un nouvel outil au service du patient

Dans la galaxie des logiciels diététiques, Dietis se distingue par une approche fondamentalement orientée vers le patient et le fait de retrouver le plaisir de manger de manière totalement personnalisée. Dietis propose en effet un niveau de personnalisation inégalé du fait du haut niveau de complexité demandé.

AS Mouvement

Sport et pathologies on vous dit tout avec AS Mouvement !

Aujourd'hui nous voulions vous présenter AS Mouvement, agence spécialisée proposant des séances adaptées à toutes les personnes souhaitant pratiquer une activité physique selon ses capacités, à des fins préventives ou pour améliorer son état de santé. L'occasion pour nous, à travers cette interview de vous conseiller quant à l'intérêt de pratiquer du sport pour freiner le taux glycémique, vous maintenir en forme et entretenir votre état de santé physique et mentale. Le sport ne rime pas toujours avec souffrance ou corvée, une multitude d'alternatives douces et adaptées permettent de se prendre en main tout en passant un moment agréable.

Diabète de type 2 et sucre

Diabète de type 2 : Faut-il arrêter le sucre ?

Après des années de chasse aux graisses, c’est au tour du sucre d’être diabolisé. Source de calories vides et de divers problèmes de santé, ce dernier n’a plus le vent en poupe. À tel point que le régime « zéro sucre » a vu le jour. Bonne ou mauvaise idée ? Faut-il complètement arrêter le sucre ? Et si on a la diabète de type 2 ? On fait le point pour vous.

Une analyse du cristallin pour prédire le diabète de type 2 ?

Une analyse du cristallin pour prédire le diabète de type 2 ?

Une récente étude suggère qu’une analyse du cristallin de l’œil pourrait permettre de prédire un diabète de type 2, notamment chez des personnes ne présentant aucun symptôme. Explications.

Vers un vaccin contre le diabète ?

Vers un vaccin contre le diabète ?

L’Inserm a récemment révélé qu’un vaccin ayant la possibilité d’altérer la composition ainsi que la fonction du microbiote intestinal pourrait permettre de protéger de l’apparition de maladies métaboliques comme le diabète ou l’obésité, mais aussi des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Va-t-on parvenir à prendre le mal à sa source avec un vaccin contre le diabète ? Décryptage.

La consommation d’aliments ultra-transformés corrélée au risque de diabète de type 2

La consommation d’aliments ultra-transformés corrélée au risque de diabète de type 2

Une nouvelle étude issue de la cohorte française Nutri-Net-Santé a récemment souligné une corrélation entre aliments ultra-transformés et diabète de type 2. Et ce n’est pas la première fois que les aliments ultra-transformés sont pointés du doigt…

Le diabète de type 2 a-t-il une origine génétique ?

Le diabète de type 2 a-t-il une origine génétique ?

Peut-être avez-vous dans votre famille des personnes souffrant de diabète de type 2. Si tel est le cas – imaginons que ce soit votre grand-mère –, il n’est pas absurde de se demander si cette pathologie peut être liée à la génétique ou si vous devez surveiller de près votre taux de sucre dans le sang. Mais diabète de type 2 et génétique sont-ils liés ? Est-ce la cause principale de l’incidence de cette maladie chronique ? Décryptage.

L’indice glycémique, c'est quoi ?

L’indice glycémique, c'est quoi ?

L’indice glycémique ou index glycémique est un critère qui permet de classer les aliments contenant des glucides en fonction de la glycémie (taux de glucose dans le sang) qu’ils produisent quand on les consomme. Cet indice glycémique est la clé pour apprendre à gérer son diabète de type 2. Alors explications plus approfondies sur l’indice glycémique.

10 aliments anti-diabète pour gérer votre diabète de type 2

10 aliments anti-diabète pour gérer votre diabète de type 2

L’alimentation joue un rôle capital chez les personnes souffrant de diabète de type 2. Découvrez 10 aliments anti-diabète à intégrer à vos menus pour améliorer votre maîtrise de la glycémie, votre pression artérielle et limiter les risques de complication associés.

La nicotine augmenterait-elle le risque de développer un diabète de type 2 ?

La nicotine augmenterait-elle le risque de développer un diabète de type 2 ?

Une nouvelle étonnante mais pourtant très sérieuse : nicotine et diabète de type 2 pourraient avoir un lien. Un fumeur aurait en effet plus de risque de développer un diabète de type 2 qu’un non-fumeur. Explications.

Les probiotiques contre le diabète de type 2 ?

Les probiotiques contre le diabète de type 2 ?

Les probiotiques ont le vent en poupe depuis plusieurs années. Micro-organismes vivants (bactéries, levures…), ils contribuent à rétablir l’équilibre de notre microbiote intestinal et semblent prometteurs dans nombre de pathologies. Mais les probiotiques contre le diabète de type 2 ont-ils un intérêt ?

Au commencement, diabète de type 2 et microbiote intestinal

Il est aujourd’hui évident pour le corps médical qu’il existe un lien entre le microbiote intestinal (l’ensemble des micro-organismes de l’appareil digestif) et le diabète de type 2. La composition même du microbiote intestinal d’une personne diabétique se distingue de celle d’une personne non-diabétique. Chez les diabétiques ou prédiabétiques par exemple, on retrouve un taux élevé d’acides aminés branchés ou ramifiés (BCAA). Or, ce taux élevé est constamment corrélé à l’insulino-résistance. 4 espèces microbiennes seraient impliquées dans la synthèse ou l’utilisation de ces BCAA : Prevotella copri, Bacteroides vulgatus , Butyrivibrio crossotus et Eubacterium siraeum

Afin de comprendre l’impact desdites bactéries sur le microbiote, des chercheurs ont mené l’enquête, mais cette fois in vitro sur des souris. Et là, surprise : l’administration de Prevotella copri conduit à une résistance à l’insuline chez les rongeurs.

La présence de cette espèce microbienne contribue, entre autres, à la dysbiose du microbiote intestinal. Or, la modification du microbiote intestinal d’un sujet aurait de réels bénéfices sur le contrôle de la glycémie. Et c’est là qu’entrent en jeu les probiotiques.

Des probiotiques contre le diabète de type 2 : des bienfaits possibles

Une étude menée par une équipe de l’Université Cornell a visé à reprogrammer une bactérie intestinale afin qu’elle fabrique du GLP-1. Le GLP-1 est une molécule ayant notamment pour effet de transformer des cellules intestinales en cellules capables de produire de l’insuline en cultures cellulaires. Des rats ont ensuite ingéré en plus de leur alimentation usuelle cette souche bactérienne modifiée. Et 90 jours après, les rats nourris aux probiotiques présentaient une augmentation de leur insulinémie (taux sanguin d’insuline) mais également une glycémie plus basse que les rats nourris avec un placebo.

Les cellules intestinales ayant la capacité à produire de l’insuline et en nombre suffisant permettraient de remplacer 25 à 33% de la production d’insuline d’un non-diabétique. Si ces analyses n’ont pas encore eu lieu chez l’homme, l’intérêt des probiotiques contre le diabète de type 2 semble avoir fait un grand pas.

Des études en cours sur probiotiques et diabète de type 2

Dans le cadre du projet Prodiodiab, le Pr Hubert Vidal a identifié 24 souches au potentiel antidiabétique afin de rééquilibrer le microbiote intestinal. Ces souches sont régulées en réponse au traitement par metformine (antidiabétique oral) et pourraient, en association avec un traitement voire seuls, améliorer la prise en charge du diabète de type 2. Après des tests effectués sur des drosophiles (des mouches) puis sur des souris, un essai sur l’homme est prévu en 2020. Encore un peu de patience…

Alcool et diabète de type 2 sont-ils compatibles ?

Alcool et diabète de type 2 sont-ils compatibles ?

Une semaine un peu difficile, un apéro entre amis, un repas de famille… toutes les raisons sont bonnes pour prendre un verre. Que l’on déguste un bon Bordeaux, que l’on se rafraîchisse avec un Chardonnay, ou que l’on trinque autour d’un cocktail aux vacances, l’envie peut être bien présente. Mais alcool et diabète de type 2 sont-ils compatibles ?

Médicaments ou habitudes alimentaires : quels sont les traitements préconisés en cas de diabète de type 2 ?

Médicaments ou habitudes alimentaires : quels sont les traitements préconisés en cas de diabète de type 2 ?

À chaque maladie chronique son traitement adéquat. Mais qu’en est-il du diabète de type 2 ? Vous vous demandez si une alimentation équilibrée serait suffisante ? Vous craignez de devoir obligatoirement passer par des traitements médicamenteux ? Quelles que soient vos questions concernant les traitements du diabète de type 2, nous y répondons dans cet article.

Le traitement de référence du diabète de type 2 : l’amélioration des habitudes de vie 

Il faut d’abord comprendre qu’à ce jour, aucun traitement ne permet de mettre un terme au diabète de type 2. C’est une maladie chronique nécessitant un traitement en continu. Les objectifs du traitement du diabète de type 2 sont, d’une part, la stabilisation de la glycémie et une baisse de l’hémoglobine glyquée (HbA1C) et, d’autre part, la prise en charge des facteurs de risque cardiovasculaire. La perte de poids constitue le troisième objectif inhérent à la prise en charge de ces malades chroniques, 80% des diabétiques de type 2 étant en situation d’obésité. Ces trois points fondamentaux dans le traitement du diabète de type 2 passent notamment par… l’alimentation !

Il est en effet nécessaire de modifier ses habitudes alimentaires pour tendre, à terme, vers une alimentation équilibrée. Et cela commence par une répartition adaptée des macronutriments (lipides, protides et glucides) sur les 3 repas de la journée. La modification des habitudes de consommation est souvent accompagnée d’une baisse de l’apport calorique quotidien, de l’ordre de 20%, car une perte de poids de 5 à 10% contribue à l’amélioration de la sensibilité à l’insuline, et donc à la baisse de l’hémoglobine glyquée. 

Seulement, il peut être difficile de parvenir à mettre en place par soi-même une alimentation adaptée à sa pathologie. Un accompagnement nutritionnel adéquat est donc particulièrement recommandé : vous n’avez qu’à nous demander !

Les traitements médicamenteux en plus d’une modification des habitudes de vie

Si les mesures hygiéno-diététiques sont estimées insuffisantes à 6 mois, le médecin peut alors envisager deux options : un renforcement des mesures précédemment prises ou une prescription médicamenteuse. Les médicaments prescrits pour le diabète de type 2 sont la plupart du temps administrés par voie orale lors des repas. Il existe différentes classes thérapeutiques de médicaments, administrées seules ou associées entre elles, avec des mécanismes d’action distincts :

Classe 1 : les biguanides

Les biguanides comme la metformine constituent le traitement le plus prescrit chez les diabétiques de type 2. Ils sont généralement reconnus comme les « médicaments de l’insulino-résistance » et permettent de diminuer l’insulino-résistance et la production hépatique de glucose par le foie, mais également de retarder l’absorption intestinale du glucose.

Cette classe de médicaments n’entraîne pas de prise de poids et ne provoque généralement pas d’hypoglycémie. Certains effets secondaires sont néanmoins régulièrement rapportés et d’ordre digestif : inconfort abdominal et diarrhée en tête.

Classe 2 : les sulfamides hypoglycémiants et les glinides

Tous deux font également partie des traitements récurrents en cas de diabète de type 2. Ils stimulent la sécrétion d’insuline mais leur efficacité dépend de la capacité résiduelle du pancréas à sécréter ladite hormone. Ils contribuent à l’amélioration de la glycémie pré- et post-prandiale.

L’effet secondaire le plus répandu est l’hypoglycémie, notamment chez les personnes souffrant d’insuffisance rénale ou chez les personnes âgées. Ces hypoglycémies sont souvent plus graves et plus prolongées que celles observées sous insuline. Prudence est donc de mise !

Classe 3 : les inhibiteurs de alpha-glucosidases

Ces médicaments ont pour effet de retarder l’absorption intestinale des glucides alimentaires complexes (pain, pâtes, riz, céréales…) et limitent ainsi l’hyperglycémie post-prandiale.

Cette classe de médicaments ne cause pas d’hypoglycémie. Les quelques effets secondaires relatés sont d’ordre digestif : météorisme, flatulence, diarrhée…

Classe 4 : les incrétines

Les incrétines, dont le GLP1 (glucagon-like-peptide-1) ou le glucode-dependent insulinotropic peptide (GIP), sont des peptides sécrétés respectivement par des cellules du duodénum et de l’iléon lors des repas. Néanmoins, chez les diabétiques de type 2, la sécrétion tend à diminuer en conséquence, d’où la nécessité d’injections quotidiennes chez certains diabétiques de type 2. Au sein de cette classe de médicaments, on distingue également les gliptines, ou inhibiteurs de DPP4, qui ont pour action de diminuer la dégradation des incrétines. Lesdits traitements permettent de stimuler la sécrétion d’insuline uniquement lorsque la glycémie est élevée, réduire la sécrétion de glucagon (hormone qui contrôle la fabrication du glucose par le foie) et de ralentir la vidange gastrique afin d’augmenter la sensation de satiété.

Si ces médicaments contribuent à la perte des poids, il existe des effets secondaires une nouvelle fois d’ordre digestif, comme des nausées et des vomissements lors des premières semaines de traitement.

Classe 5 : les inhibiteurs du SGLT2

Il s’agit là de l’un des traitements les plus récents du diabète de type 2, et qui agit différemment des classes de médicaments précédemment cités. En effet, leur administration vise à faciliter l’excrétion urinaire du glucose grâce à l’inhibition des SGLT2, enzymes impliqués dans la réabsorption du glucose. Donc, les inhibiteurs du SGLT2 participent à la baisse de l’hémoglobine glyquée, évitent le risque d’hypoglycémie et contribuent à la perte de poids.

À ce jour, peu d’effets secondaires ont été répertoriés hormis quelques infections génitales bénignes ou quelques cas de déshydratation chez les sujets âgés.

L’insuline

Les injections d’insuline sont souvent prescrites lorsque les mesures prises précédemment (modification des habitudes alimentaires, activité physique et traitements médicamenteux) ne suffisent pas au diabétique de type 2, dont l’hémoglobine glyquée reste supérieure ou égale à 8%. De l’insuline peut également être injectée de manière transitoire, en cas d’hyperglycémie importante, d’infection ou d’hospitalisation par exemple.

Si la dose d’insuline administrée est supérieure aux besoins, des épisodes d’hypoglycémie peuvent apparaître.

L'alimentation au service de votre santé

Avec plus de 3000 recettes, Dietis est un planificateur de menus facilitant l'application des recommandations nutritionnelles du corps médical, pour les diabètiques de type 2, les personnes souffrant de colopathie fonctionnelle ou souhaitant réequilibrer leur alimentation.